Archives par mot-clef : Super Kids Orchestra

Vidéo : un an après

Cette vidéo* a été réalisée spécialement pour l’événement France Festa s’est tenu à la ville d’Ishimaki en novembre 2012, un an après le grand séisme du Tohoku. Nous avons décidé de la partager pour remercier tous nos sympathiques donateurs et nos nombreux bénévoles, musiciens compris.
Même si l’énorme tristesse des personnes ayant perdu des membres de leur famille ou des amis ne s’atténuait pas si facilement, en dépit des années écoulées depuis la catastrophe, nous avons constaté au cours de nos opérations de soutien que la force et la détermination des habitants du Tohoku, pour reconstruire un avenir meilleur, allaient bien au-delà de ce que nous imaginions.
A Japonaide, nous nous penchons sur l’historique de notre association, afin d’y puiser à nouveau des idées d’actions que nous pourrons et devrons entreprendre pour ces gens brisés par le tremblement de terre et le tsunami.

L’équipe de Japonaide

*Les textes dans la vidéo ne sont malheureusement qu’en japonais. Désolé pour ce désagrément.

Publié dans Français | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Qu’est-ce que la renaissance ? — Ce que nous apprend la musique

Erika Ito fait partie de l’orchestre Superkids qui a participé au concert commémoratif de Paris le 11 mars 2012. Elle est en première année au Lycée Takada de la Préfecture de Mie.

Avec cet essai, elle a reçu le 1er prix de la jeunesse lors de la sixième édition du Prix Jiro Abe. Ce concours, ouvert aux lycéens est organisé par la section littéraire de l’université du Tohoku. Le thème était « renaissance ».

Japonaide est heureux de présenter ce texte exprimant les sentiments ressentis dans la zone sinistrée, ainsi que le pouvoir de la musique.

Merci à Mademoiselle Ito et à Monsieur Toshihisa Yokomori, producteur de l’orchestre au centre d’arts et de culture de Hyôgo.


L’été 2011, à mon arrivée à Aéroport de Sendai, j’étais toujours nerveuse. Malgré mon désir compulsif de venir, aujourd’hui encore je me souviens avec angoisse de ce sentiment d’utilité à être présente. Les membres de l’orchestre habituellement gais étaient tous tranquilles. Parmi les parents, les sentiments étaient mitigés au sujet de cette visite organisée précipitamment. Le programme n’a été décidé qu’à la dernière minute et le manque d’information a intensifié l’anxiété. Des échanges de courriels interrogeaient sur des questions telles « qu’est-ce qu’une baignoire portative » ou « combien de bouteilles d’eau devons nous prendre ». Les médias étaient notre seul moyen de nous tenir informés de la situation dans le Tohoku. C’était comme partir sans défense vers un monde inconnu.
(Lire la suite…)

Publié dans Français | Marqué avec , | Laisser un commentaire

What is regeneration? —
What we learned from music

Erika Ito, 1st year student at Takada High School, Mie Prefecture

Arriving at Sendai Airport last summer, I was full of nerves. Even now I remember anxiously wondering what was the use of my being there, despite my underlying desire and compulsion to go. The usually cheerful orchestra members were all quiet. There were mixed feelings about the hastily arranged visit among members’ parents. The schedule was not fixed until the last minute and a lack of information heightened the anxiety. E-mails went back and forth asking questions such as “What on earth is a ‘portable bath’?” and “How many bottles of water should we bring?” Our only knowledge of the situation in Tohoku after the disaster was via the media. It was like going unprotected to an unknown world.

The airport was empty and quiet. We got on the bus to Kamaishi City. Through the window, piles of rubble created a scene far more tragic than that which we had seen through the media. Witnessing it with my own eyes, I did not know how to make sense of it all. Strange sayings such as “seeing is believing”, “superficial knowledge” and “shallow and thoughtless” were going around in my head. I did not know whether I was trying desperately to think and understand it all, or to escape from reality.

Towns diligently built over many years were washed away in a flash by nature. The ocean and the tsunami devastated these places, as if sneering at people’s efforts. I didn’t want to think about it. Buildings had been destroyed and swept away; people had died. Was it the right decision to come here? How had I come to be here? My anxiety gave way to restlessness and regret.

Our first stop was Nehama Beach, where we played a song of prayer to the ocean. Amid my lingering confusion, I played for those who would not come back from the ocean and for the ocean itself, alongside which people will continue to live. Local people gathered, listening quietly to the music. “Thank you. Thank you”, they said to us over and over. I was filled with guilt, thinking, “I have done nothing.” I felt an impulse to flee. It was then that proprietress of hotel told me, “We have to move forward, carrying with us the memories of the loved ones we lost. It is a great sorrow. Too great. But everyone is trying their hardest.” Listening to her, I could not bring myself to say, “Hang in there”. But I understood. We could not stop. “To take the next step, to move one step forward, we needed music instead of words,” she said. “Everyone can walk at their own pace. Everyone is different, but the important thing is that we are moving forward.” This made me feel a little better.

Music is gone in a moment. Nothing is left. We spend hours practicing the first note and every note that follows. There is no end, no completion, and no perfection in music. It doesn’t fill your stomach or protect you from the cold. But to my surprise and confusion, these people said they needed it. No matter what happened, the seasons come and go. The sun will set and rise again. Tomorrow will come. I never knew that music could help people face the future. And they taught me that music can reach deep into people’s hearts and stay with them.
We had the opportunity to play in a temple that was full of mortuary tablets. I heard weeping while I was playing. I was unable to put my heart into the music and could only play by rote. We then participated in several charity concerts. I was happy to hear that they were able to raise enough money to buy musical instruments for those who had lost their instruments in the tsunami.

I was able to visit the disaster area again this summer. I headed out assuming that the area would have been cleared. It had been a year and I was looking forward to visiting again. But the reality was different. Piles of rubbles remained with their color faded and the tops covered with weeds. It reminded me of the harshness of reality and I was ashamed of my ignorance. I keenly felt the struggle involved in the process of regeneration. I heard that the local people did not want us to use the word “rubble”. Although it looks like a pile of waste to me, for the survivors it is a part of their lives leading up to the moment that disaster struck, a pile of treasures full of memories. Upon hearing that, I realized I did not understand the depth of their sorrow.

The local children told us they had started to learn how to play the donated violins and played them for us. Developing a passion for something has helped them to move forward. They are making daily progress towards regeneration. It made me so happy that this interaction started through music.
The ocean was calm. It sparkled serenely, reflecting the morning sun as if nothing had happened. I found out that, strangely, nobody hates the ocean. We played music to the ocean, just as we did one year ago. This year we chose cheerful pieces and the audience was full of smiles instead of tears.

Many words such as rehabilitation, regeneration, and bonds, circulated throughout Japan after the disaster. Nature destroyed what people had carefully built. Towns were swept away. And the scars remain cruelly on display. As time passes in the midst of our hectic daily lives, we tend to forget. In my hometown, far from the disaster area, we hear much less news of the situation after the disaster. But sometimes it strikes me in quiet moments. The scenes I saw on television that day. And the shock I had when I saw it with my own eyes. People filled with sorrow and refusing to accept ‘nice’ words. I learned that there was a sorrow so deep that you cannot cry. At the same time, I learned how strong and how gentle people are.

Nature destroyed many things, robbed lives, and filled people with sorrow. However it could not steal their hearts. People surmounted their grief, offering support to those with weakness and pain, and looked to the future. Only objects were destroyed; people’s hearts are strong and beautiful. And their hearts are gradually becoming the driving force for regeneration.

I would like to give them music again next year. Even after the last piece of rubble is cleared, people’s memories of their lost ones will never die. Even after towns are rebuilt and everything is restored, I do not think that is enough for regeneration.

These days, scenes from the disaster area are always somewhere in my mind. I can picture people doing their best to move forward. I think of the disaster area. I keep thinking of it. By repeating this to myself, I think I have been able to sort out the feelings of anxiety I had before visiting the area last year. I was nervous at first, but now I can say that I think about the people there and that I care about them. This makes me feel as if I’m walking with them toward the future.

Myself and those playing musical instruments in Tohoku are facing the music for the sake of the notes that disappear. Music has amazing power. It is invisible and it will be gone, but it gently penetrates deep into our hearts, gives us strength and binds us. As with music, there is no finish or completion point for the disaster area. Regeneration. Just as we play the notes following the notes that have already gone, I hope that people in the disaster area will live on and continue moving forward.

Marqué avec | Un commentaire

Qu’est-ce que la renaissance ? —
Ce que nous apprend la musique

Erika Ito, étudiante en 1ère année au Lycée Takada – Préfecture Mie. violoniste de l’orchestre Superkids

L’été 2011, à mon arrivée à Aéroport de Sendai, j’étais toujours nerveuse. Malgré mon désir compulsif de venir, aujourd’hui encore je me souviens avec angoisse de ce sentiment d’utilité à être présente. Les membres de l’orchestre habituellement gais étaient tous tranquilles. Parmi les parents, les sentiments étaient mitigés au sujet de cette visite organisée précipitamment. Le programme n’a été décidé qu’à la dernière minute et le manque d’information a intensifié l’anxiété. Des échanges de courriels interrogeaient sur des questions telles « qu’est-ce qu’une baignoire portative » ou « combien de bouteilles d’eau devons nous prendre ». Les médias étaient notre seul moyen de nous tenir informés de la situation dans le Tohoku. C’était comme partir sans défense vers un monde inconnu.

L’aéroport était vide et tranquille. Nous sommes montés dans l’autobus pour la ville de Kamaishi. À travers la fenêtre, des montagnes de décombres créaient des scènes plus tragiques encore que celles vues dans les médias. Je n’arrivais pas à trouver un sens à en être témoin de mes propres yeux. Des phrases comme « le voir pour le croire », « connaissance superficielle », « ignorance » tournaient dans ma tête. Je ne savais pas si j’essayais désespérément de comprendre tout, ou d’échapper à la réalité.

Des villes construites patiemment durant tant d’années ont été instantanément emportées par la nature. L’océan et le tsunami ont dévasté ces lieux, comme s’ils ricanaient des efforts humains. Je ne pouvais m’y résoudre. Les bâtiments ont été détruits et balayés, des Hommes sont morts. Était-ce une bonne décision de venir ici ? Pourquoi suis-je venue ici ? L’inquiétude et les regrets prenaient le pas sur l’anxiété.

Notre premier arrêt était la plage Nehama où nous avons interprété une prière pour l’océan. Malgré ma profonde confusion, j’ai joué pour ceux qui ne reviendraient pas de l’océan, pour l’océan lui-même, sur cette côté ou des gens continueront à vivre. Les habitants se sont rassemblés, écoutant attentivement la musique. « Merci, merci » nous ont-ils répétés. J’étais remplie de culpabilité en pensant « je n’ai rien fait ». J’avais envie de fuir. C’est alors qu’une propriétaire d’hôtel m’a dit : « Nous devons avancer, portant en nous la mémoire de nos chers disparus. C’est une grande peine. Trop grande. Mais chacun essaye ardemment » En l’écoutant, je ne n’ai pas pu lui dire « tenez bon ». Elle a ajouté « Nous ne devons pas nous appesantir, je le sais. Nous avons besoin de musique et non de mot pour avancer pas à pas, aller de l’avant ». « Chacun peut marcher à son rythme. Tout le monde est différent, mais la chose la plus importante est d’avancer ». Je me suis alors sentie un peu plus légère.

La musique s’enfuit en un instant. Rien ne reste. Nous passons des heures entières à répéter la première note et toutes celles qui suivent. Il n’y a ni fin, ni apogée, ni perfection en musique. Elle ne remplit pas votre estomac, ne vous protège pas du froid, mais, à ma grande stupeur, ces gens affirmaient en avoir besoin.
Peu importe ce qui s’est passé, les saisons vont et viennent, le soleil se couchera puis se lèvera. Assurément, un nouveau jour viendra.
Je ne savais pas que la musique pouvait aider des gens à faire face au futur. Ils m’ont aussi appris que la musique peut atteindre le fond des cœurs et y rester.

Nous avons eu l’occasion de jouer dans un temple rempli de plaques mortuaires. Alors que je jouais, j’ai entendu pleurer. Je ne pouvais jouer ma musique que par cœur et non avec mon cœur.
Puis, nous avons participé à plusieurs concerts de charité. J’étais heureuse d’apprendre qu’il a été capable de collecter suffisamment d’argent pour offrir des instruments remplaçant ceux que le tsunami avait pris.

Cet été (2012), j’ai de nouveau visité la région sinistrée. J’avais en tête que tout avait été nettoyé. Un an avait passé et j’attendais ce moment avec impatience. Mais la réalité était bien différente. Les montagnes de décombres étaient toujours présentes, avec leurs couleurs délavées, de mauvaises herbes recouvrant leurs sommets. Cela m’a ramené à la dure réalité et j’étais honteuse de mon ignorance. J’ai âprement ressenti la difficulté du processus de renaissance.
J’ai entendu dire que les habitants locaux ne veulent pas que nous utilisions le mot « décombres ». Bien que cela ressemble à un tas de détritus, pour les survivants c’est une partie de leur vie qu’ils menaient avant la catastrophe, une montagne de trésors remplie d’histoires. Avant d’écouter cela, je n’avais pas conscience de la profondeur de leur peine.

Les enfants nous ont annoncé qu’ils avaient commencé à apprendre à jouer avec les violons offerts et ont joué pour nous. Développer une passion pour quelque chose les a aidés à aller de l’avant. Ils font des progrès quotidiens pour leur renaissance. Je suis tellement heureuse que cet échange ait pu s’initier grâce à la musique.

L’océan était calme. Il étincelait sereinement, reflétant le soleil du matin comme si rien ne s’était passé. J’ai appris qu’étrangement personne ne détestait l’océan.
Comme un an auparavant, nous avons joué de la musique pour l’océan. Cette année nous avions choisi des morceaux gais et les sourires avaient remplacés les larmes dans le public.

Beaucoup de mots tels que renaissance, nouveau départ, solidarité, circulaient à travers tout le Japon après la catastrophe. La nature a détruit ce que les Hommes avaient construits avec soin. Les cicatrices restent cruellement exposées. Dans notre course frénétique quotidienne, nous avons tendance à l’oublier. Dans ma ville natale, loin de la région touchée, les médias nous donnent beaucoup moins de nouvelles de la situation qu’après le désastre.
Durant des instants de quiétudes, cela vient me heurter de nouveau : les scènes que j’ai vues à la télévision ce jour là, le choc ressenti lorsque je les ai vues de mes propres yeux.
Les gens sont remplis de peine et ne peuvent entendre les mots de réconforts. J’ai compris qu’il y avait des peines si profondes que vous ne pouvez même pas pleurer. J’ai également sentis la force et la bonté de l’Homme.

La nature a détruit beaucoup de choses, volé des vies et rempli des gens de tristesse. Cependant elle n’a pas volé leur cœur. Chacun surmonte sa douleur, offre réconfort aux plus meurtris et regarde vers l’avenir. Seuls des objets ont été détruits ; le cœur des Hommes est solide et beau. Les cœurs deviennent progressivement la force de la renaissance.

L’année prochaine, j’aimerai de nouveau leur offrir de la musique. Même après que le dernier morceau de gravât soit parti, les pensées des vivants pour leurs morts perdureront à jamais. La renaissance ne sera pas achevée avec la reconstruction des villes et la restauration des lieux.

Ces jours derniers, les scènes de la région sinistrée hantent ma mémoire. Je peux imaginer ceux qui font de leur mieux pour avancer. Je pense à cette région dévastée. Ces pensées me permettent sans doute d’évacuer ce sentiment d’anxiété que j’avais avant ma première visite. J’étais d’abord nerveuse, mais maintenant je pense profondément à ces personnes, je me soucie d’eux. J’ai le sentiment de marcher à leur côté vers l’avenir.

Ceux qui jouent d’un instrument comme moi au Tohoku, se confrontent à la musique, pour l’amour des notes qui s’envolent. La musique a un pouvoir stupéfiant. Invisible, insaisissable, elle pénètre doucement au fond de nos cœurs, nous donne force et nous relie. Comme pour la musique, il n’y a pas de fin, pas d’achèvement pour la région sinistrée.
Renaissance. Simplement avancer pas à pas, comme lorsque nous jouons les notes qui suivent celles déjà parties. A cette région dévastée, je souhaite un redressement pas à pas, de continuer à regarder vers l’avenir.

Marqué avec | Un commentaire

Un an après

Un an après…
Combien de personnes, combien de vies,
cette année qui vient de s’écouler,
aurait-elle bouleversées.

Un an après le jour où le séisme frappa la région nord-est du Japon, le 11 mars 2012, la Maison de l’Unesco à Paris accueillit Monsieur Yutaka Sado, chef d’orchestre de renommée internationale, pour y donner un concert commémoratif.
La salle principale de l’UNESCO, accueillant habituellement des diplomates du monde entier, était remplie ce jour-là de musiciens-interprètes, des 1 400 spectateurs, de France et d’ailleurs, et de leurs prières d’hommage.

La première partie du concert était interprétée par le Super Kids Orchestra sous la direction de M.Sado. La présence de cet orchestre, composé de jeunes musiciens âgés de 9 à 18 ans était d’autant plus symbolique qu’il incarnait l’espoir de la région de Hyogo, elle aussi frappée par un grand séisme il y a maintenant 17 ans. Leur base d’activités, le Centre d’Arts et de Performances de Hyogo, où M.Sado assure la direction artistique, a été construit en 2003 sur un terrain dévasté par le séisme, et est devenu depuis le symbole du rétablissement culturel de la région. Les enfants nés après le séisme ont grandi dans la reconstruction de leur ville natale, et leur musique apportait le courage et l’énergie à ceux qui se battaient pour aller de l’avant, pour vivre.
Après l’Air de Johan-Sebastien Bach, M.Sado a souhaité ne pas recevoir d’applaudissements et accorder, tous ensemble, une minute de silence en l’hommage aux victimes de la catastrophe.

Avec le Tryptique de Yasushi Akutagawa, ce jeune orchestre éveilla l’attention des spectateurs par la dynamique d’une marche en avant, alors que les cœurs se remplissaient de prières et de compassion à l’écoute de la Sérénade de Tchaikovsky. La main de M.Sado ondulait dans l’air, comme si elle y traçait une croix, comme si elle nous invitait à la prière…
M.Nobuyuki Tsujii, lauréat du prestigieux Concours International de Piano Van Cliburn nous couvrit d’une voile de douceur, en interprétant le premier mouvement du concerto pour piano de Chopin. Ses notes sûres mais délicates s’estompaient dans le calme ému de la salle. Dans l’acclamation générale, il clôtura cette première partie du concert avec le Rigoletto Paraphrase de Liszt.

M.Sado passa ensuite sa baguette à Madame Kanako Abe, qui ouvrit la seconde partie du concert en dirigeant Egmond de Beethoven avec l’orchestre JAPONAIDE. Mme.Abe avait été à l’origine du concert caritatif donné le 10 avril 2011 à la Maison de l’UNESCO, en l’hommage aux victimes de la catastrophe, et s’était également donné corps et âme pour organiser cette seconde édition.
Le jeune violoniste de 16 ans, Ryosuke Suho fit sa première apparition sur la scène française, en interprétant un très élégant Concerto pour violon n°1 de Tchaikovsky, en soliste violon.

La collaboration de l’orchestre JAPONAIDE et du Super Kids Orchestra sous la direction de M.Sado donna naissance à un somptueux Boléro de Ravel.
Ce même grand orchestre a accompagné le chant de l’émouvant et inoubliable Nostalgie (Furusato), chanson du répertoire folklorique japonais, évoquant la terre natale pourtant lointaine, mais si proche du cœur, avec le Chœur JAPONAIDE et les spectateurs, sous la double direction de M.Sado et de Mme.Abe,

Il n’y a pas eu que de la musique à ce concert.
Un moment a été consacré à la présentation de l’état actuel des terres sinistrées, et aussi du rapport d’activités qui ont pu être faites grâce aux dons recueillis dans le monde entier par l’UNESCO, dont le concert caritatif donné le 10 avril dernier à la Maison de l’UNESCO.
En fin de la première partie, Madame Akiko Iwasaki, maîtresse de l’hôtel Hôraikan de la ville de Kamaishi, une branche des fleurs de cerisiers à la main, rejoignit M.Sado sur scène et parla des grandes vagues qui faillirent les avaler, elle, son personnel, et les clients de son hôtel, mais dont ils ont été miraculeusement épargnés, en fuyant en « Tendenko » c’est-à-dire, chacun de toute sa force. Elle raconta également qu’elle s’était rendue à 6h46 (l’heure à laquelle le séisme frappa sa région) dans la matinée-même du jour du concert, sur la place de Trocadéro, pour faire un don de fleurs. Puis, elle finit son discours, dans l’applaudissement et une émotion générale de la salle, en racontant comment ils s’étaient relevés pour faire face à la réalité, de manière flexible.
Au début de la seconde partie, Monsieur Noboru Noguchi, directeur général de la féderation nationale des clubs Unesco nous fit un compte rendu des projets d’aides et soutiens en cours en des terres sinistrées au Japon, grâce aux dons réunis du monde entier pour venir en aide des enfants mis en difficultés pour poursuivre leur scolarité. Des interviews ont été projetées sur grand écran, montrant des enfants, qui, pourtant dans la tristesse d’avoir perdu des parents ou leur maison, parlaient de leurs rêves d’avenir.

Après le séisme, M.Sado disait : « les musiciens ne peuvent rien faire ».
Son souhait, celui de pouvoir apporter quelque chose, s’était reflété sur sa baguette, autour de laquelle s’étaient réunis ce jour-là, tous ces musiciens bénévoles, ces 1400 spectateurs présents dans la salle, et les quelques 16 000 auditeurs qui avaient suivi en direct tout le concert à travers l’USTREAM. La musique qui émanait de cette salle ce jour-là, nous a poussés vers l’avant, pour franchir énergiquement ce pas vers l’avenir.

Les musiciens participant à l’évènement étaient :
Le Super Kids Orchestra, du Centre d’Arts et Performance de Hyogo dirigé par M.Sado.
L’orchestre JAPONAIDE exceptionnellement formé pour l’occasion, réunissant les musiciens, les solistes, de renommée internationale de France et d’ailleurs, qui ont accepté de coopérer pour le but commun.
La chef-d’orchestre Mme.Kanako Abe.
Le pianiste M.Nobuyuki Tsujii.
Le violoniste M.Ryosuke Suho.
Le Chœur JAPONAIDE, reformé un an après pour l’occasion, réunissant les vocalistes, et les choristes de Radio France, entre autres.
Enfin, le chef-d’orchestre, M.Yutaka Sado.

Ce concert a pu être organisé et donné grâce à la coopération des musiciens et de nombreuses personnes, qui ont accepté de participer à cet évènement de manière totalement bénévole. Nous souhaitons leur témoigner de nouveau toute notre gratitude.

Les membres de JAPONAIDE ont été chargés / ont participé à l’organisation de l’évènement, la programmation, la communication, la traduction, le design et la création du site internet, le design et la création des affiches et prospectus, la création et l’édition du programme, l’accueil et information dans la salle, ainsi que la gestion d’USTREAM, diffusion du concert en temps réel, de manière totalement bénévole.

Un an s’est écoulé depuis le séisme de la région nord-est du Japon.
Pour pouvoir apporter un appui, à ce que les pensées de chacun puissent être envoyées au Japon, JAPONAIDE poursuivra ses activités.
Nous vous remercions de tout cœur d’avoir apporté vos soutiens à nos activités et vous prie de bien vouloir continuer à encourager le Japon…

Yutaka Sado Concert 11.3.11 Un an après recette de la vente des droits d’entrée : 29,078€ + ¥136,500 dons réunis : 7,882€ nombre d’entrées : environ 1,400 auditeurs Ustream : environ 16,000

L’intégralité de ces contributions seront reversés à la Fédération Nationale des clubs Unesco au Japon pour les projets d’aides et soutiens des enfants touchés par les catastrophes, et à Ishinomaki Meiyukan.

Publié dans Français | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire

Musical tribute by the Super Kids Orchestra under the conductor Yutaka SADO at Notre-Dame de Paris


Johann Sebastian Bach : No. 3 D major BWV 1068 : II. Air, « Air on the G String »


Piotr Ilyich Tchaikovsky : Serenade, op. 48, C major – III. Elegie : Larghetto elegiaco


Look up at the stars in the night (Miagete goran yoru no hoshi wo)

Publié dans English | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Hommage musical par le Super Kids Orchestra sous la direction du chef d’orchestre Yutaka SADO à Notre-Dame de Paris


Johann Sebastian Bach : No. 3 en ré majeur BWV 1068 : II. Air, « Air sur la corde de sol »


Piotr Ilyich Tchaïkovsky : Serenade, op. 48, do majeur – III. Elegie : Larghetto elegiaco


Miagete goran yoru no hoshi wo (Look up at the stars in the night)

Publié dans Français | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire