Théâtre de Femmes Franco-Japonais Séraph présente « La Vague »

D’après un roman de Richard Collasse « L’océan dans la rizière »
Traduction Yuriko Matsumoto

1508565_10151904149278740_751300956_n

Dates : Les 22, 23, 24 janvier 2014 à 20h30
Après le spectacle du 24 janvier, nous organisons un dialogue
avec l’auteur de « L’océan dans la rizière » Mr. Richard Collasse
Lieu : À l’Espace Culturel Bertin Poirée
8-12 rue Bertin Poirée 75001 Paris
Réservation : 01 44 76 06 06 (12h-19h)
e-mail : resa@tenri-paris.com
site : www.tenri-paris.com
Tarif : 15 €, 12 € (réduit), 9€ (adhérent)
Réservation obligatoire places limitées

Coproduction :
Association JAPONAIDE
Association Culturelle Franco-Japonaise de TENRI

Synopsis
Sosuké, élève en première au lycée, vit avec ses parents, ses grands-parents, et son arrière-grand-mère de 96 ans à Kesennuma dans une région du nord du Japon, le Tohoku. Sa sœur ainée, Kanako, travaille dans un centre de prévention des catastrophes naturelles auprès de l’Hôtel de Ville, ou elle est chargée d’annoncer les dangers imminents.

Chaque année, le 3 mars, après le dîner, Grand-mère Kiku raconte le tremblement de terre de Sanriku en 1933. C’est devenu un rituel familial. Sosuké a une petite amie, Aoï, son premier amour. Leur histoire vient tout juste de commencer. Le 11 mars, le jour de son 17ème anniversaire, il s’est décidé à lui donner un baiser… Mais, soudain, le destin a ébranlé le sol sous ses pieds…

Le 11 mars 2011 « La Vague »

Sosuké a tout perdu sa famille, son premier amour, son pays natal…
Devant Sosuké submergé par le désespoir, un homme qui se présente comme son oncle apparaît tout à coup.

Si on n’a plus de passé, a-t-on encore un « avenir »? Que reste-t-il des liens entre les hommes?
La famille, les amis, la maison où on a vécu, les souvenirs, et la ville même… Tout a été emporté. A cause de la vague, tout a été détruit. Les fondations sur lesquelles est adossé Demain, tout ce qui a été construit jusqu’à hier Tout a disparu soudainement.

Le Passé… évanoui, les personnes aimées… disparues, l’avenir… sans perspective.
Que faire?
Que penser?
Comment vivre?

Biographie : Richard Collasse

Né en 1953 en France, il a passé son enfance au Maroc.
Il est diplômé en langues orientales dans une université parisienne et « Advanced senior management Program » de L’université de Harvard.

En 1975, il est en poste à l ‘ambassade de France au Japon, puis à partir de 1985, il travaille
chez Chanel K.K.. Depuis 1995, il est le PDG de Chanel K.K. au Japon, ou il vit depuis plus de trente ans.

Il est l’auteur de quatre romans, ”La Trace » (2007, Seuil / 2006, Shueisha), « Saya » (2009, Seuil
/ 2011, Poplar), “Les Voyageurs ne meurent jamais » (2011, Shueisha), « L’Océan dans la rizière »
(2012, Seuil / Shueisha) et un essai (avec Shan Sa) « Rendez-vous à 4 heures à Tôkyô? »
(2007, Poplar).
En 2010, il a reçu du « Prix Culture et Bibliothèques pour Tous » pour « Saya ».

Sousuké : Mié Tanaka
Kenzo : Yuko Masuki
Yutaka ; une Bénévole : Yukiko Nagashima
Renzo ; une Capitaine des Forces d’Autodéfense: Miyuki Okamura
Une Policière ; la Fille de la vieille femme ; une Majorette : Kié Kawagishi
La Mère ; une Étudiante : Hiroko
Une Majorette ; la Vieille femme : Miyuki Koshimizu
Le Principal du lycée : Seiko Kirkham
Grand-Mère Kiku ; Aoï : Sayori Okada

Chant : Mako Mori, Yuki Joly, Yukiko Nagashima, Miyuki Okamura
Bruitage : Kazué Mari
Piano (Épilogue) : Léa Lacze Tanaka
Voix off : Saé Wasa, François Marie Luciani, Vanina Luciani, Anne Dominique Boulle

Saxophone : Maï:Okuno
Trompette : Yuka Yamazaki

Mise en scène, Chorégraphie, Scénario : Sayori Okada
Assistante mise en scène : Hiroko Inoué
Traduction (partie « Le camp de refugies ») : Vanina Luciani
Régisseur général : Lika Kato
Lumière : Margot Olliveaux

Photos : Richard Collasse

Remerciements, dans l’ordre alphabétique :
Keïji Kamijo (Franck Provost Japan)
Ipeï Kikuta (Syueïsha)
Hidemasa Mitsuyama (Restaurent Ogura)
Tomoko Murakami (Ville de Kesennuma)
Miki Okubo
Yoriko Saïto
Michiko Shutto
Akihiko Sugawara (Otokoyama Honten CO.,LTD)
Sawaka Sumida
François Veit

Habitants de Kesennuma

Cette entrée a été publiée dans Français, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *