Rapport de l’Atelier des Petits Chefs

Les samedis 18 et 25 janvier, 2 ateliers par jour, ont permis à des enfants de s’initier à la confection de râmens (pâtes japonaises) et de gyozas (raviolis de porc). L’événement s’est déroulé à la Maison de la Culture du Japon à Paris, située à côté de la Tour Eiffel.CH4A5514

Enthousiastes, parents et enfants ont faitleur entrée.
La majorité des familles étaient européennes et chacun a dû nouer sur sa tête un « tenuguï », petite serviette aux motifs japonais. Ils étaient fiers de ressembler à de vrais cuisiniers japonais !

Les organisateurs animent régulièrement des ateliers autour de la farine à Fukuoka, mais c’était la première fois qu’ils le faisaient en dehors du Japon. A l’aide de gestes et d’onomatopées, ils ont présentés les ingrédients venus spécialement du Japon, la manière de se tenir à table au Japon, et surtout la façon de fabriquer les râmens et les gyozas.

A l’Atelier des Petits Chefs, les enfants découvrent la joie de travailler la farine et éprouvent le plaisir de manger ce qu’ils ont préparé. Après l’explication des règles de base par les organisateurs, c’est le moment de cuisiner !
CH4A5635

Tout le monde a regardé attentivement les gestes du professeur, puis a essayé de les imiter : mélanger les farines, pétrir la pâte, observer les effets chimiques et mettre la viande dans la pâteà gyozas. Peu assurés au début, les gestes se sont faits de plus en plus précis. Certains enfants se comportaient en vrai « chef » lorsque l’un des parents tentait de les aider.

Enfin est venu le moment de déguster. A leur table tous ont joint les mains et prononcé
« itadakimasu » (Bon Appétit : je me permets d’accepter ce repas).
CH4A5552

Au Japon « itadakimasu » est un mot très important qui montre son respect envers la nourriture et envers chaque ingrédient, animal ou végétal qui la compose. Le professeur a souligné que chaque élément est vivant et précieux, qu’il est source de vie. Forts de ces explications, tous les participants ont pu humblement et consciemment prononcer « itadakimasu » avant leur repas.

Les baguettes et couverts ont été maniés dans la joie, pour ce moment de partage en famille ou entre amis.

A la fin du repas, comme au Japon, tout lemonde a dit « gochisôsama deshita ». C’est de nouveau un signe de remerciement à la nourriture qui a été mangée.

Durant les 2 heures de l’atelier, chacun a pupenser au lien entre la vie et l’alimentation, entre la famille et les amis.
L’équipe japonaide a été très impressionnée par l’indépendance des enfants français et a été heureuse qu’ils préparent, mangent et apprennent de bonnes choses.

50% des frais de participation (670€uros) de cet événement sont reversés par JAPONAIDE pour soutenir la diffusion de l’« Ishinomaki hibi kodomo shimbun », journal des enfants de la ville d’Ishinomaki. Merci beaucoup pour votre soutien !!

Cette entrée a été publiée dans Français. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *