Regard sur le cataclysme, le travail de volontaire et la reconstruction du pays

Le lendemain, toute l’équipe repart vers le bateau et vers cette île afin de poursuivre le travail. Nous sommes toujours une quinzaine, majoritairement des personnes âgées.
Ce fut un grand étonnement pour moi de voir si nombreux les « cheveux gris » : « silver power » comme nous les appelons.

des personnes âgées au service du pays

Le Japon est un pays où de nombreuses personnes âgées travaillent. Les retraites sont minces et la vie des hommes a souvent été très dévouée au travail. Alors que faire lorsque l’heure de la retraite arrive sinon travailler.
A l’annonce de la catastrophe, ces personnes ont vu l’opportunité d’être de nouveau utiles au pays. Que les personnes en âge de faire tourner l’économie du pays travaillent, eux s’occuperont du nettoyage afin que la reconstruction se fasse au plus vite.

Nombre d’entre eux ont donc pris leur voiture et sont venus de tout le Japon vers les zones sinistrées. Tout le long de leur présence, leur énergie était vaillante, malgré l’âge et de temps en temps quelques soucis de santé.
Certains sont venus en couple, d’autres seuls. Certains sont restés à l’association pour aider à la cuisine et au ménage, et aucun ne se voyait rester chez lui les bras ballants alors qu’ils pouvaient être d’une véritable et sincère utilité.

L’un d’entre eux est charpentier. Je parle au présent car malgré ses 70 ans bien tassés, il travail toujours et transmet son savoir aux plus jeunes. Son énergie était incroyable et il ne ménageait pas ses efforts. Le soir, il était l’un des premiers à se coucher et la puissance de son ronflement n’avait d’égal que la force qu’il mettait quotidiennement à son labeur.
Il est resté 6 jours, avec le désir de revenir prochainement et d’être là encore pour utiliser ses compétences à la reconstruction.

Notre deuxième journée a été occupée à terminer le nettoyage de la maison. Nous sommes rentrés dans ce lieu de vie. Des malles de vêtements, de kimonos, des futons, des tatamis humides, des ustensiles de cuisine, des photos. Tout était là humide, inutilisable. Nous avons déposé dans un coin de la pièce ce qui pouvait être gardé, ce qui pouvait avoir une valeur affective. Le reste a été brulé ou entreposé sur le port.
Nous avons également été sollicités par quelques habitants pour déplacer des meubles qui avaient été épargnés. Chacun range, réorganise sa maison. Difficile de rentrer dans les petites demeures touchées, de regarder ces personnes qui vivent entourées de détritus et pourtant la vie est là dans leur regard. Ils mettent leur énergie à retrouver une harmonie, alors comment ne pas leur offrir par un sourire et par notre aide un peu d’encouragement.

Une nouvelle journée se termine. Les écoliers sont au rendez-vous, leur bavardage est joyeux. La piscine est sans doute propre.
La soirée est semblable à la précédente, le rythme est pris.

Le lendemain, nous voilà reparti sur notre petite île ; les mouettes sont toujours au rendez-vous. Cette journée est consacrée à la confection de sacs de sable qui éviteront à la marée de pénétrer dans les maisons. Tout le monde s’organise assez vite et plus d’une centaine de sacs sont confectionnés, transportés et installés chez les quelques habitants qui vivent encore sur l’île. Une nouvelle fois, notre aide est sollicitée pour déplacer quelques meubles et évacuer de gros biens inutilisables.
Ce sera notre dernier jour sur l’île.


2 réponses à Regard sur le cataclysme, le travail de volontaire et la reconstruction du pays

  1. Ping : Japon : 11 mars 2011 : regard sur le cataclysme, le travail de volontaire et la reconstruction du pays #7 | JAPONAIDE

  2. Ping : 東北地方太平洋沖地震 津波被災地ボランティアレポート – 宮城県塩釜市にて 2011年5月30日~6月6日 – | JAPONAIDE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *